Si le travail est, à juste titre, considéré comme une voie privilégiée vers la réalisation personnelle et sociale, il serait illusoire de croire que le simple enrôlement des personnes dans un processus de fabrication suffit.

Le travail est nécessaire au développement humain, par les ressources qu'il procure sans doute mais plus encore par l'opportunité qu'il offre de mobiliser nos capacités, de développer nos potentialités, de nous accomplir. Il n'y contribue réellement que s'il met en oeuvre les compétences de celui qui l'exerce. S'il y a accord entre les capacités, les aspirations de l'homme et les exigences des tâches confiées, alors apparaissent réussite, progrès et motivation. Si par contre il y a désaccord, par défaut ou par excès, toute connaissance qui n'est pas mise en oeuvre s'estompe, toute compétence surestimée conduit à l'échec et au désintérêt. Cet accord entre exigences des fonctions et capacités individuelles, générateur de progrès, est le point d'ancrage de notre action.

Les Ateliers de la Glâne ont donc comme objectif la proposition d'activités susceptibles de favoriser l'espression des potentialités professionnelles, cognitives et sociales des employés. La confrontation de nos employés à des situations professionnelles et sociales permettent parallèlement l'acquisition et les maintien de des comportements et attitudes nécessaires à l'élaboration et à la revendication des statuts personnels et sociaux auxquels ils ont droit.

Mais l'activité professionnelle ne peut être un vecteur de réalisation que si elle est finalisée et se concrétise en produits et services attractifs aussi bien pour celui qui les réalise que pour celui qui les acquiert ou les utilise.